Black Lilys en formation "Artiste Musicien Pro en Musiques Actuelles


Interview

évènements

Frère et sœur à la vie comme à la scène, Camille et Robin forment le groupe Black Lilys. En formation « Artiste Musicien Professionnel en Musiques Actuelles » depuis septembre 2017, ils reviennent sur leur première année au SDV. Ils nous parlent de leurs objectifs, de ce qu’ils ont appris et comment ils vivent cette formation.


Pouvez-vous me parler du projet Black Lilys ?

Nous sommes un duo Lyonnais qui existe depuis 2013. Après un premier EP avec lequel nous avons voyagé un peu partout en France, nous sortons aujourd’hui un premier album, « Boxes », sous le label « La Ruche ». C’est un recueil de boîtes, d’histoires, des sons figés, un peu comme un immense album photos. On aime mélanger les couleurs et les faire flotter au dessus des chansons. Il y a beaucoup de paysages à l’intérieur de cet album, la nature prend une grande place dans notre création. S’il fallait définir notre musique, on pourrait la qualifier de « pop sensible et sauvage ».

 

Vous êtes en formation au Studio des Variétés à Paris, en 1ere année du cursus de 2 ans « Artiste Musicien Professionnel en Musiques Actuelles ». Pourquoi faire une formation à ce moment de votre carrière ?

Pour être honnête, on n’avait pas du tout prévu de faire cette formation ! Tout d’abord, parce que c’est loin de chez nous, nous vivons à coté de Lyon, à la campagne. Nous avons toujours composé de façon autodidacte. Nous sommes passés par une école de musique étant petits, mais la composition est arrivée un peu sans prévenir. Et puis, très vite, il y a eu des dates, puis le premier EP. Jusque là, nous n’avions jamais vraiment eu de formation théorique. Nous voulions apprendre le langage musical pour exprimer plus efficacement nos envies, la direction à donner aux autres musiciens ou aux professionnels qui nous entourent, sur un enregistrement par exemple. Ces codes qui permettent aux musiciens de connecter leurs mots et lire la musique de la même façon. Je crois que cette formation est tombée exactement au bon moment.

Au SDV, ce que nos avons créé naturellement à nos débuts, comme les harmonies, le rythme… nous paraît plus compréhensible depuis cette année de formation. C’est assez fascinant et surtout très utile pour ouvrir davantage les possibles de composition et d’amusement.

 

Cette formation est diplômante. Ce paramètre est-il rentré en compte dans vos critères quand vous avez choisi ce cursus ?

Avec Black Lilys, nous avons animé des ateliers de musique en écoles, en prisons… Plusieurs fois, nous avons hésité à nous engager. Ce n’était pas simple de se sentir légitime dans l’animation d’atelier de rythme par exemple alors que nous n’avions aucune formation théorique ou méthode d’enseignement. Ce diplôme est valorisant et donne envie d’aller plus loin. Il donne une légitimité.

   

Qu’avez-vous apprécié le plus dans cette première année ?

Nous avons appris énormément de choses ! En structuration professionnelle, par exemple, un enseignement qui nous permet de mieux comprendre le fonctionnement du milieu dans lequel on évolue. C’est primordial. Il y a aussi les cours de MAO (Musique Assistée par Ordinateur) que nous avons particulièrement aimé. Nous préparions notre live, on commençait à mettre le nez dedans à ce moment là. Je crois que chaque intervention a été très pertinente et utile. C’est un ensemble. Rythme, harmonie, chant, scène… tout est lié !

Mais aussi, rencontrer d’autres artistes, découvrir d’autres projets, te confronter à d’autres problématiques que tu pensais être seul à avoir est vraiment magique ! Nous avons fait de merveilleuses rencontres avec les autres stagiaires. Il y a une bienveillance au sein du SDV qui est très apaisante. Tu te sens très vite entouré par une chouette énergie. La possibilité de pouvoir échanger avec des professionnels est également un énorme atout pour un projet.

 

Vous partagez votre temps entre Paris et Lyon, votre lieu de résidence. Comment arrivez-vous à allier cette formation et votre groupe ?

Nous avons eu la grande chance d’obtenir le financement de notre formation, avec transport et hébergement, par l’AFDAS, grâce à notre intermittence. Nous sommes habitués à voyager et nous aimons bien prendre le train. Par contre, Paris, au début, on n’était pas très copain ! Nous ne sommes pas très ville. Au début de l’année, on était toujours épuisé. Petit à petit, on a appris à apprécier ces rues et ces alentours. On reste pas mal à Bastille, un quartier vraiment sympa.

Les intervenants comprennent toujours lorsque nous devons être absents pour une date, ce qui est important pour nous  à ce moment de notre carrière. La formation est en début de semaine, donc moins de chance qu’il y ait des concerts prévus. Ils ont pensé à tout !

 

La première année de ce cursus touche à sa fin, quel bilan en faites-vous ?

Cette année a été très complète et en même temps cela passe trop vite. Nous avons apprécié le fait que les intervenants valorisent la spontanéité et la créativité. On peut parfois avoir une image des centres de formation musicaux comme un formatage. « Cette suite d’accords, c’est ce qui marche !» Ici, ce n’est pas du tout ça. Nous conseillons cette formation à tous les artistes qui souhaitent développer leur projet musiques actuelles. Il est important d’échanger et continuer à apprendre, surtout dans nos métiers où les choses évoluent continuellement. C’est une vraie opportunité de suivre une formation comme celle-ci à Paris.

En savoir sur la formation "Artiste Musicien pro en Musiques Actuelles"


Photo Black Lilys ©Laure Etienne



EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L'UTILISATION DE COOKIES POUR VOUS PROPOSER DES OFFRES ET SERVICES ADAPTÉS À VOS CENTRES D'INTÉRÊTS. EN SAVOIR PLUS ET PARAMÉTRER LES COOKIES.