CLAUDIA PHILLIPS, Intervenante et chargée de mission au SDV


Interview

évènements

Chanteuse, professeure de chant, comédienne, coach scénique, intervenante professionnelle pour de nombreuses structures artistiques, dont le SDV… Claudia Phillips a plus d’une corde à son arc ! Arrivée en France à l’âge de 18 ans, elle est propulsée sur le devant de la scène quelques années plus tard avec le tube « Quel souci la Boëtie ».

 

Elle revient pour nous sur les points marquants de sa carrière, les rencontres artistiques qui l’ont enrichies et lui ont permis de devenir la pédagogue qu’elle est aujourd’hui.


Comment es-tu venue à la musique ?

J’ai toujours chanté, dès petite aux Etats-Unis, dans les chorales, les comédies musicales qui sont des disciplines imposées à l’école. Je n’avais aucune ambition de devenir chanteuse professionnelle. C’est venu un peu plus tard, lors de mon arrivée en France, en 1977. J’ai fait mes premiers pas professionnels sur la scène du Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, comme chanteuse/comédienne dans des spectacles de danse contemporaine avec les membres de la compagnie de la chorégraphe américaine Carolyn Carlson.


Peux-tu me donner 3 expériences qui ont marquées ta carrière de chanteuse ?

A mon arrivée en France, j’ai joué aux côtés de mon père, Barre Phillips, contrebassiste, dans son sextet de free jazz. Nous avons enregistré un album, une première pour moi, puis nous avons fait une tournée dans de prestigieux festivals en Europe. Ensuite, je dirai, un concert  avec ce sextet en première partie du saxophoniste ténor argentin Gato Barbieri, dans les arènes de Nîmes, un lieu absolument extraordinaire ! Et pour finir, bien évidemment, le titre « Quel Souci la Boëtie », écrit et produit par Michel Eli, sorti chez Barclay en 1988, classé au Top 50 en 1989, qui m’a fait connaître du grand public. La collaboration avec Barclay s’est poursuivie avec 2 albums et 6 clips, dont 2 réalisés par Jean-Pierre Jeunet.

 

Comment l’enseignement s’articule avec ta carrière artistique ?  

La pédagogie et la transmission ont toujours été là, en parallèle. J’ai commencé très jeune, de manière autodidacte. Mon parcours, mes expériences, les collaborations avec de nombreux artistes me permettent de transmettre ce que je sais, mais c’est au SDV que j’ai vraiment appris mon métier de professeur.

 

Depuis combien de temps es-tu au SDV ?

J’ai animé mon premier stage collectif de chant en 1994. Aujourd’hui, l’enseignement dans la formation « Professeur de chant en musiques actuelles » est une de mes missions principales.

 

Peux-tu me parler de la formation de « Professeur de chant en musiques actuelles ?

Cette formation existe depuis l’an 2000. Je suis intervenante depuis le début. La formation a évolué, elle a su s’adapter au secteur et au public. A chaque nouvelle promotion, nous encadrons des stagiaires aux profils très différents. Le cadre reste présent mais demeure souple pour s’adapter aux individualités de chacun.

 

Quel est ton rôle dans cette formation ?

J’anime le cours de « pédagogie de la voix et approche musicale ». Mon objectif est de faire de la Musique ! La voix est porteuse d’un texte mais j’aborde le sens des mots avec une attention égale à la musique et au son. C’est une approche tout à fait personnelle. La force de cette formation repose sur la singularité de chaque intervenant et leur manière d’appréhender la voix. Nous sommes tous complémentaires. Les stagiaires peuvent ainsi forger leur propre vision du travail vocal et la façon dont ils le transmettront à leur tour.

 

Quelles sont tes autres missions au sein du SDV ?

J’interviens dans la formation « Intervenant scénique », une formation de formateurs. Je suis aussi chargée de mission pour l’enseignement supérieur, j’assure la liaison entre le SDV et toutes les écoles d’enseignement supérieur de musique en France qui ont des départements musiques actuelles. Je travaille également sur le développement des actions du SDV en Europe.

 

De nouvelles formations sont mises en place à la rentrée 2017 : les Cursus +…

Nous sommes partis de l’idée qu’un formateur doit continuer à se former tout au long de son parcours professionnel. Les « Cursus + » sont des master classes complémentaires à la formation « Professeur de chant en musiques actuelles ». Sous la forme d’un stage collectif, elles abordent des thématiques particulières comme le coaching d’un artiste en studio ou l’anglais chanté par exemple.

 

Tu donnes aussi des cours de chant individuels sur-mesure. Tu as travaillé avec des artistes très différents, tels que Christine and the Queens, Jeanne Cherhal, Emily Loizeau, Naïve New Beaters…

Oui, c’est justement ce que j’aime. Je suis convaincue que la richesse nait de la différence et du partage des individualités et des styles de chacun. Chaque artiste ou groupe ont forgé la pédagogue que je suis aujourd’hui. J’ai appris énormément au sein du SDV, grâce à l’immense diversité des artistes que j’ai encadré. Travailler dans cette structure m’a permis d’aller au contact d’un public vers qui je ne serais peut-être pas aller de prime abord et qui, au final, m’a enrichi.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L'UTILISATION DE COOKIES POUR VOUS PROPOSER DES OFFRES ET SERVICES ADAPTÉS À VOS CENTRES D'INTÉRÊTS. EN SAVOIR PLUS ET PARAMÉTRER LES COOKIES.