EGLANTINE LANGEVIN - Action Culturelle SACEM


Interview

évènements

EGLANTINE LANGEVIN
Action Culturelle SACEM

Directrice du département Cinéma, Audiovisuel & Musique à l’Image & du Fonds Culturel Franco-Américain 


Pouvez-vous nous présenter le département que vous dirigez au sein de l’action culturelle de la Sacem.
Le département cinéma, audiovisuel et musique à l’image a pour mission principale de valoriser la place de la musique au sein des œuvres audiovisuelles.
Il soutient ainsi des projets ayant un engagement fort en faveur de la musique : création de musique originale, production d’œuvres audiovisuelles musicales, clips, festivals audiovisuels mettant en valeur la musique, diffusion de la musique en général mais aussi formation et insertion professionnelle… Le périmètre est large et très varié.
Nos actions s’attachent avant tout à soutenir les compositeurs, à valoriser leur travail et leur reconnaissance en tant que 3ème auteur de l’œuvre.
Le département comprend également le Fonds Culturel Franco-Américain dont la mission consiste à encourager les échanges culturels entre la France et les Etats-Unis en créant un dialogue entre le cinéma de ces deux pays. Plusieurs rencontres ont lieu tout au long de l’année, dont la principale est le festival du film français à Los Angeles, COLCOA, qui réunit chaque année les professionnels du cinéma des deux côtés de l’Atlantique.

Quels sont les grands rendez-vous sur une année ? Cannes, Clermont-Ferrand j’imagine ?
Difficile de donner une liste exhaustive…. Cannes, évidemment. C’est le plus grand festival de cinéma et le plus grand marché du film du monde. C’est « le » rendez-vous de la profession. Clermont-Ferrand, évidement aussi. Passage obligé pour le court-métrage, qu’on soit créateur ou acheteur, français ou International. Il y a aussi « 1ers plans » à Angers, le festival européen des 1ers films, Annecy pour l’animation, La Rochelle pour la fiction TV, Lussas pour le documentaire et bien sûr Aubagne, dédié à la musique de film qui fête d’ailleurs ses 20 ans. Et bien d’autres encore… Toute l’année est jalonnée de festivals audiovisuels avec lesquels nous développons un partenariat spécifique en direction de la musique. Cela peut se traduire par un atelier « Musique & Cinéma », une leçon de musique, une programmation musicale, des rencontres professionnelles, un prix de la Meilleure musique originale, l’invitation des compositeurs, etc. Les possibilités sont infinies. Nous déposons d’ailleurs régulièrement sur le site de la Sacem des appels à candidatures pour participer à tel ou tel événement Musique et Cinéma que nous soutenons.


Quelles sont les principales aides que la Sacem apporte pour la musique à l’image ?

Notre priorité de toujours se situe sur l’aide à la création de musique originale pour les différents formats audiovisuels : longs-métrages cinéma, courts-métrages, 1ers longs-métrages, documentaires (TV et cinéma), unitaires & séries de fiction TV, et plus récemment les jeux vidéo et les œuvres innovantes tels que les projets de réalité virtuelle. L’objectif de cette aide est de valoriser le rôle de la musique à l’image et le travail du compositeur. En donnant d’avantage de moyens, nous essayons en effet d’inciter à de meilleures pratiques au travers de nos aides, avec par exemple certains critères d’éligibilité comme le montant de la prime de commande du compositeur ou le montant du budget dédié à la musique originale.
Le département soutient également les œuvres audiovisuelles musicales, c’est-à-dire les longs-métrages de fiction, les courts-métrages ou les documentaires dont un artiste, un genre musical ou la musique en elle-même tient le rôle principal.
L’action de la Sacem s’étend aussi aux festivals audiovisuels accordant une place de choix à la musique, à la diffusion musicale dans les salles de cinéma, et dans les médias, ainsi qu’aux actions de formation et d’insertion professionnelles.

Pouvez-vous nous parler plus précisément d’Emergence dont l’appel à candidature se termine mardi 18 décembre ?
Emergence et la Sacem favorisent les rencontres entre jeunes réalisateurs et compositeurs. Sélectionnés par un Jury, des binômes se créent entre les réalisateurs lauréats et les compositeurs qui écrivent alors des musiques originales pour des séquences réalisées à Emergence. Les collaborations se nouent pour les Exercices tournés au début de la session et peuvent s’étendre aux Scènes des projets.
Pour les lauréats, compositeurs comme réalisateurs, l’Atelier Musique offre la possibilité de travailler ensemble, dans des conditions réelles, tout en bénéficiant d’un accompagnement professionnel. Les rencontres initiées dans le cadre de l’Atelier se poursuivent parfois jusqu’aux longs métrages. Et, pour les accompagner un peu plus loin, lorsque les collaborations créatives durent, les duos formés à emergence sont automatiquement éligibles au dispositif d’aide à la création de musique originale Passage du Court au Long de la Sacem, destiné à l’origine aux tandems de réalisateurs et compositeurs poursuivant leur collaboration du court à leur 1er long métrage.

L’aide à l’accompagnement digital est suspendu. Pour quelles raisons et reviendra-t-il sous une autre forme ?
Oui, en effet, l’Action Culturelle est en pleine restructuration et réforme ses programmes en 2019. Vous en saurez plus très bientôt.

Quelle est la politique de la Sacem vis à vis des vidéo-clips ?
Avec l’arrivée de YouTube, des réseaux sociaux et des nouvelles plateformes, la vidéo est devenue un outil indispensable pour un artiste sortant un album. Aujourd’hui, même si le live ne s’est jamais aussi bien porté, la musique se regarde ! La politique de la Sacem est d’être à l’écoute de ces pratiques et naturellement de répondre aux besoins de ses membres. Nous avons donc développé un programme en partenariat avec les plateformes de financement participatif : « Mise en Œuvre », qui se décline selon plusieurs thématiques. Il propose notamment un soutien aux vidéoclips, avec Ulule et KisskissBankBank. Cette aide est toutefois réservée aux talents émergents. Il faut en effet que ce soit au maximum le 3e album de l’artiste/groupe et au maximum le 3e clip de cet album. Le vidéoclip doit également être envisagé comme une œuvre à part entière avec une écriture audiovisuelle forte.

Quel est votre regard sur la formation professionnelle, vous qui participez régulièrement à nos stages ?
La formation professionnelle c’est un tremplin. Un formidable outil pour découvrir un nouveau métier, se spécialiser ou parfaire celui qu’on a choisi. Aider des organismes ou des structures de formation s’engageant auprès des jeunes compositeurs, notamment à travers des initiatives d’insertion professionnelle favorisant la connaissance de la création de musique à l'image et valorisant le métier de compositeur fait naturellement partie des grands piliers de l’Action Culturelle de la Sacem. Je suis à titre personnel ravie de présenter nos actions car mon métier me passionne. Ravie également de découvrir à chaque fois la vivacité, l’inventivité et l’énergie de cette nouvelle génération d’artistes qui se forment au Studio des Variétés.

Propos recueillis par Olivier Bas (Responsable Pôle Création SDV et journaliste)

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L'UTILISATION DE COOKIES POUR VOUS PROPOSER DES OFFRES ET SERVICES ADAPTÉS À VOS CENTRES D'INTÉRÊTS. EN SAVOIR PLUS ET PARAMÉTRER LES COOKIES.