VIRGINIE AUSSIETRE | tôt Ou tard


Interview

évènements

Virginie Aussietre, Directrice de production et à l’artistique du label « tôt Ou tard » s’est prêtée au jeu de l’interview et nous en dit plus sur les bourses SPPF (Société des Producteurs de Phonogrammes en France) que le label sollicite pour la formation de leurs artistes.


Les labels et producteurs peuvent solliciter des bourses de 15h auprès de la SPPF pour la formation de leurs artistes. En quoi ce dispositif est-il utile pour vous ?

Il est surtout utile pour les artistes dont c’est le premier album. Nous les utilisons essentiellement pour des cours de chant et de média training. Les artistes émergents n’ont pas forcément les armes et discours pour répondre aux questions des journalistes. Les formations en média training leur permettent de gagner de l’aisance en interview et les aident à présenter leur travail de manière synthétique et variée. Les cours de chant interviennent souvent lors de l’enregistrement du premier album ou avant les premières dates de concert. Ils permettent notamment aux artistes de trouver les meilleures tonalités et de mieux placer leur voix.

Chez tôt Ou tard, la formation est-elle un élément à part entière dans le développement du projet d’un artiste ?

Les formations font parties intégrantes du développement du projet d’un artiste. Cet élément est intégré dans nos réflexions, notamment à l’étape de l’enregistrement du disque car elles donnent à l’artiste émergent davantage de confiance en lui avant d’entrer pour la première fois en studio. Les formations en coaching scénique ou aisance corporelle sont également essentielles et ne servent pas uniquement pour les tournées. Elles peuvent être très utiles pour aider l’artiste à placer sont corps et avoir plus de prestance pour les performances live en TV.

Pourquoi demander des bourses pour des artistes émergents?

Lorsque les artistes ont déjà plusieurs albums à leur actif, ils ont tendance à trouver les solutions par eux-mêmes, grâce à leur entourage professionnel et au réseau qu’ils se sont constitués. À contrario, les artistes en développement n’ont pas toujours d’entourage et ne savent pas forcément à qui s’adresser pour résoudre leurs problèmes ou parer à leurs manques. Les centres de formations comme le SDV sont de bonnes ressources à ce moment là de leur carrière.

Cette bourse est idéale pour les artistes émergents qui n’ont pas encore déclenchés de droits à la formation…

Oui, tous les accompagnements et investissements sur un artiste en développement sont importants. C’est un moment où il est compliqué pour un label d’envisager des dépenses supplémentaires pour la formation. Ces bourses sont donc très utiles à ce moment-là.

 

Peux-tu me citer quelques exemples d’artistes qui ont bénéficié de bourses SPPF et quels types d’accompagnement ont-ils demandés ?

L’artiste Foé et le groupe Cats on Trees ont obtenu une bourse pour des formations en média training ; Adrien Soleiman, Foé et L - Raphaële Lannadère ont également suivi des cours de chant.

Quelle est la démarche à faire pour solliciter une bourse auprès de la SPPF ?

C’est assez simple, il y a deux bourses par année civile et par structure ainsi qu’un quota annuel pour la SPPF du nombre de bourses accordées, tous labels confondus. Il suffit de les appeler pour se renseigner sur le nombre de bourses disponibles et voir si l’on peut déposer une demande pour un de nos artistes. Ensuite, on remplit un dossier accompagné d’un devis réalisé par le SDV. La SPPF prend alors contact avec le SDV pour leur faire part de la demande. Le label est ensuite remboursé sur factures acquittées. Ce sont des formalités assez fluides et simples.

Voir les conditions d'attribution des bourses SPPF

www.sppf.com

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L'UTILISATION DE COOKIES POUR VOUS PROPOSER DES OFFRES ET SERVICES ADAPTÉS À VOS CENTRES D'INTÉRÊTS. EN SAVOIR PLUS ET PARAMÉTRER LES COOKIES.